Lectures
Le Paradoxe de la Vie

Souffrance

La souffrance n’est que l’expression de notre résistance.

Elle se manifeste sur le plan psychique et/ou physique.

Cette résistance est marquée, dans son intensité, par le niveau de gravité que le corps mental lui suggère.

Elle trouve aussi sa source dans le corps émotionnel par le souvenir et l’éducation.

Elle se retrouve aussi dans le corps physique, appuyée par le système nerveux. Dans ce cas nous parlerons de douleur.

Mais le déclencheur sera le corps de Jade (le 4ème corps énergétique), dépositaire de nos mémoires, qu’elles soient biographiques, psycho généalogiques ou karmiques.

La souffrance devient l’indicateur d’une résolution, d’une réparation à laquelle nous sommes invités et qui par son intensité marque notre degré de résistance.

Si nous acceptons cette invitation, il y aura peu ou pas de souffrance.

La souffrance n’est pas une nécessité dans le cadre de notre évolution, elle est la conséquence de notre résistance à élever notre plan de conscience.

Nous avons coutume de dire ne pas avoir peur de mourir mais de souffrir. La mort devenant alors une délivrance.

Mourir pour ne pas souffrir en voilà un joli paradoxe car dans les deux cas nous mettons fin à notre volonté d’incarnation ou d’évolution, de soi et des autres, par notre absence ou par ses conséquences.